Conférence de M. le Conseiller d’État Olivier Français

Le 11 mars 2016, le groupement Est a eu l’honneur d’accueillir notre conseiller d’Etat nouvellement élu, Olivier Français, dans les locaux de notre QG, l’hôtel Helvétie à Montreux. Le thème : la Suisse, ses forces, les menaces qui la guettent.

Esprit d’entreprise, confiance entre citoyens et État, sécurité juridique, partenariat social, sont des forces de notre pays, mais aussi la diversité : un échange entre les différentes régions linguistiques, les différentes visions du monde et les différentes religions. La Suisse se situe au coeur de l’Europe, mais ne peut rester au sommet que si elle maintient son autonomie et reste hors de l’Union européenne.

L’isolation ne constitue pas une solution. Il faut tenir compte des développements internationaux. L’Europe connaît une stagnation. La compétition entre Etats est toujours plus acharnée. L’urbanisation s’étend et les défis écologiques sont nombreux. Comment maintenir notre qualité de vie ? Sans stratégie claire pour l’avenir, la Suisse s’expose au risque d’une dépréciation de son modèle.

Par exemple, la crise migratoire résulte d’un manque d’anticipation de la part de nos pays. Tant que les conflits et flux migratoires restaient loin, il n’y avait aucune volonté politique d’agir. Maintenant que nous sommes touchés, nous réalisons qu’il est impossible de résoudre le problème ici : notre économie ne permet pas de faire travailler les migrants sur une longue durée. Or, ces conflits durent en moyenne plus de dix ans. Ce problème aurait pu être au moins limité avec une stratégie claire.

La Suisse doit promouvoir les libertés individuelles et l’autonomie du pays. La Suisse doit développer sa cohésion ; agir de façon responsable pour son entourage et soi-même. C’est ce qui a rendu notre pays fort.

Olivier Français explique avec ironie que la politique est une activité simple : elle ne consiste qu’à faire des critiques. Cela devient difficile lorsqu’il s’agit de mettre en oeuvre une décision. Il importe d’oser prendre la parole et s’engager pour ses idées. L’importance d’avoir une équipe compétente est soulignée. Selon un élu admiratif, « il dirige son administration ; pour d’autres conseillers municipaux, c’est le contraire ».

Notre modèle est en danger. À l’externe, les pressions des Etats se multiplient. À l’interne, les alliances contre-nature sont de plus en plus courantes. Les uns voient le salut dans un tout à l’Etat et dans une redistribution sans borne, tandis que les autres croient qu’un repli sur soi garantira notre prospérité. La seule voie pour un pays sans matières premières est l’innovation, mais elle ne tombe pas du ciel : il faut garantir de bonnes conditions-cadres.

Finalement, il faut que nous établissions une stratégie pour notre futur, qui réponde aux problématiques à venir. D’autre part, nous allons avoir besoin d’hommes politiques qui osent prendre des décisions importantes au moment opportun, personnes dont nous manquons cruellement.

Ce sont les enjeux auxquels nous allons devoir faire face prochainement. Il faut nous y préparer. De cette façon nous pourrons assurer l’avenir de la Suisse ainsi que son succès.

Pour le comité SVO EST : Emanuel von Graffenried, Matteo Besançon, Fabio Gysler

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire