RETEX Normandie 2015

Normandie 2015, le groupement Nord sur les traces du débarquement.

Vallorbe, 6 h 30, un petit matin blême, la brume qui peine à se dissiper, un hall de gare blafard… un contexte peu propice à un rassemblement d’officiers et pourtant ! Nous voilà réunis, une petite vingtaine, dont certaines conjointes, en vue d’un grand voyage dans l’espace et dans le temps: nous sommes en partance pour la Normandie afin de parcourir les plages et lieux-clé de l’une des plus grandes actions militaires du 20ème siècle : le débarquement de Normandie.

La donnée d’ordre est rondement menée par le président du groupement, le lt col EMG Sébastien Rouge et nous voilà tous embarqués dans le TGV à destination de Paris, lieu de notre premier  » changement d’échelon ». Les discussions et débats sont déjà passionnés et nous mènent en un rien de temps jusqu’à la gare de Lyon où notre officier log, le cap Lionel Perler, reprend le commandement afin de nous conduire jusqu’à la gare Saint-Lazard. Il est temps pour tout le monde de profiter de la première subsistance intermédiaire… les bouteilles sont vites tirées du sac et c’est ainsi qu’un véritable apéro vaudois s’organise en terres parisiennes; n’oublions pas nos origines!

La seconde phase du voyage se déroulera sans encombre et nous arrivons en début d’après-midi à Caen, notre secteur d’attente pour les trois prochains jours. Sans plus attendre et sans passer par l’hôtel, nous nous dirigeons vers notre première visite: Peagasus Bridge, pont qui fut le théâtre de l’une des premières actions clés précédant le débarquement à proprement parler. La visite commence par le terrain d’atterrissage des trois planeurs, un marais profond qui souligne l’aspect héroïque de ce coup de main. Puis sous l’attentive conduite de notre guide, nous découvrons les moindres détails de cette opération qui permit aux alliés de garder une certaine liberté de manoeuvre une fois les premières têtes de pont établies. Nous sommes définitivement tous replongés 70 ans plus tôt!

Il est temps pour le groupe de toucher ses cantonnements et surtout de profiter d’une subsistance bien méritée! Au plaisir de l’esprit  s’allie celui de la bouche et nous profitons des talents de choix de notre S4 qui nous a déniché un excellent restaurent. Nous sommes parés pour le lendemain.

 

Diane et appel ayant été effectués, c’est sous le commandement expert de notre of culture, l’of spéc Mathieu Héritier, que nous partons en direction de notre première plage, Juno Beach, secteur d’engagement canadien. Le soleil rend notre promenade sur les plages presque innocente mais ne nous fait pas oublier pour autant les heures sombres de l’histoire qui se sont écoulées sur ces rivages. Le musée mémorial de Juno Beach clôt cette matinée. Après un second highlight culinaire, nous sommes prêts pour une après-midi chargée en émotion. Les premiers tours de roue nous mène à la pointe du Hoc, élément majeur du mur de l’Atlantique qui nécessita, pour être pris, l’une des plus célèbre opération commando. Les cratères attestent encore de la violence des bombardements et des combats. Notre chemin passe ensuite par la célèbre plage de Omaha. Les petites maisons de vacances instaurent une ambiance irréelle mais ne diminuent pas pour autant la signification du lieu.Le devoir de mémoire nous amène évidemment vers le cimetière américain de Colleville-sur-Mer où sont enterrés près de 10000 GI’s venus mourir pour en France pour la libération de l’Europe. Les alignements de croix blanches sont saisissants. L’heure est au recueillement pour chacun alors que le soleil couchant baigne l’ensemble du site. Ce sera l’un des moments forts de notre voyage. Nous terminons notre après-midi par une projection au cinéma 360° d’Arromanches qui plonge réellement le spectateur au sein de l’enfer. Ces différentes visites vont encore animer nos discussions une bonne partie de la soirée que nous passons, comme il est de coutume, autour d’un excellent repas.

 

Nous profitons de notre dernière matinée en terres normandes pour visiter l’exceptionnel mémorial de Caen, centre muséologique névralgique de toute la région. Les expositions extrêmement modernes plongent le visiteur dans diverses réalités historiques. Captés par la richesse de ce qui nous est présenté, nous en oublions presque l’heure et c’est en vitesse que nous profitons d’une dernière terrasse avant de reprendre le chemin de la Suisse.

Nous revenons au pays l’esprit plein de souvenirs et marqués par les événements de juin 44. Les objectifs du weekend ont été pleinement remplis puisque selon l’ordre d’engagement distribué aux participants: nos connaissances militaires et historiques ont été parfaites, le devoir de mémoire à été perpétué et finalement les esprits de corps et de camaraderie ont été ô combien soignés!

 

Capitaine Gilles Bonnard, secrétaire groupement Nord.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire