Cérémonie de commémoration de l’indépendance vaudoise, le samedi 24 janvier 2015

Cérémonie de commémoration de l’indépendance vaudoise, le samedi 24 janvier 2015

Il est dix heures dans l’aula du Palais de Rumine. Comme à l’accoutumée, la commémoration débute par l’annonce de la cérémonie au président du Grand Conseil vaudois. Devant les militaires au garde à vous entrent alors au son de la fanfare les drapeaux et étendards des corps constitués vaudois portés chacun par une recrue de l’ER inf 3 de Bière. Le banneret cantonal les précède avec le flamboyant drapeau vaudois.

Puis, le major EMG Philipp ZIMMERMANN, président du groupement Lausanne de la SVO, ouvre par une allocution brève et efficace les commémorations. Il salue tout d’abord les invités pour ensuite présenter le premier intervenant, le major EMG Pierre STREIT.

Habitué à son rôle (c’est la 8e fois), le major EMG STREIT propose une relecture des épisodes qui ont entouré la proclamation de l’indépendance vaudoise. On apprend notamment que les armées françaises sont allées et venues en pays de Vaud, se nourrissant sur le dos de la population, pillant les foyers et les administrations et allant parfois jusqu’à assouvir leurs pulsions sexuelles sur nos concitoyennes. Ainsi, il était recommandé « de ne pas laisser une femme seule en présence des français ». L’esprit de résistance vaudois s’exprimait alors surtout dans la lenteur administrative des communes face aux demandes en subsistance et matériel de l’envahisseur.

Le second intervenant, le brigadier Laurent MICHAUD, brosse un tableau très détaillé des nouveaux défis sécuritaires auxquels le développement de l’Armée (DEVA) devra faire face prochainement. On retiendra de l’intervention du brigadier MICHAUD, le niveau de complexité important du DEVA et la nécessité de sa mise en oeuvre.

Pour continuer, Madame la conseillère d’État Béatrice MÉTRAUX prend la parole. Dans son intervention courte mais efficace, elle souligne la nécessité de rester unis face aux menaces qui pourraient semer la discorde. En référence aux durs événements de Charlie Hebdo, elle cite la réaction du Premier ministre Norvégien après la tuerie d’Utoya, en 2011, en invitant à faire de même : « La bombe et les balles visaient à changer la Norvège. Le peuple norvégien a répondu en embrassant nos valeurs. Le tueur a échoué. » Une intervention menée avec adresse.

Second intervenant politique, Monsieur le député et président du Grand Conseil Jacques NICOLET, premier citoyen du canton, prend la parole : il rappelle la nécessité de servir la collectivité et les similitudes qui existent entre l’esprit de milice militaire et politique.

Pour terminer, le président cantonal monte sur l’estrade. Dans un discours aussi instructif qu’enthousiaste, le colonel Yves CHARRIÈRE passe en revue les nombreuses commémorations qui attendent l’année 2015. Mêlant rappels historiques et hommage aux racines, il souligne l’importance de celles-ci pour se projeter dans l’avenir sereinement.

La cérémonie touchant à sa fin, le Major EMG ZIMMERMANN remercie encore une fois les invités pour leur engagement au-delà de leurs fonctions et félicite l’assemblée pour être venue une fois encore honorer la mémoire vaudoise.

Les drapeaux et étendards rentrés, les invités se dirigent vers la salle du Sénat où se tiennent prêtes les paysannes vaudoises avec un apéro tout en gourmandise fait de spécialités du pays de Vaud. Une occasion bien venue pour retrouver d’anciens camarades et établir de nouveaux liens.

Enfin, un groupe d’irréductibles se rend au traditionnel café du Grütli pour se restaurer d’une spécialité locale, le papet vaudois. Une bonne façon de clôturer en douceur cette matinée de festivités.

Texte : Plt Grégoire Chambaz
Photos : Plt Guillaume Weber

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire